RENAULT CLIO 16S

Petite star !

En avril 1990, Renault présente la Clio 16 soupapes « coupe » qui succède à la Renault 5 GT Turbo.
Comme pour la R5 GT Turbo, ce sont les pilotes qui seront servis les premiers !
Pour séduire, la Clio 16s soigne également son look. Larges boucliers, capot bombé avec une grosse prise d’air sur le dessus, voies élargies, ailes gonflées, assiette rabaissée…

Le résultat est de bon goût et vraiment séduisant puisque plus de 10 ans après, la clio 16S garde un certain charme avec ses rondeurs caractéristiques.

L’habitacle de la Clio 16s est accueillant et plutôt bien fini pour la catégorie. La planche de bord élargie reçoit une instrumentation plus complète. Le maintien des sièges est bon, mais leur assise est trop haute.

Le 16 soupapes de la R19 trouve tout juste la place sous le capot de la Clio, bombé pour l’occasion. La prise d’air refroidi le collecteur d’échappement situé derrière le moteur.

Voir caractéristiques techniques.

  • There are no features available

RENAULT CLIO 16S (1991 - 1996)

9 CV FISCAUX

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES RENAULT CLIO 16S / 16v

 

MOTEUR
Type: 4 cylindres en ligne, 16 soupapes 2 arbres à cames en tête
Position: transversal AV

Alimentation: Injection électronique

Cylindrée (cm3): 1764
Alésage x course (mm): 82 x 83,5

Puissance maxi (ch à tr/mn): 140 à 6500 / 137 à 6500

Puissance spécifique (ch/L): 79,4 / 77,7

Couple maxi (mkg à tr/mn): 16,8 à 4250 / 16,4 à 4250

Couple spécifique (mkg/L): 9,5 / 9,3

TRANSMISSION
AV

Boîte de vitesses (rapports): 5 manuelle

POIDS

Données constructeur (kg): 975
Rapport poids/puissance (kg/ch): 6,9 / 7,1

ROUES

Freins Av-Ar (ø mm): Disques ventilés AV et disques pleins AR
Pneus Av-Ar: 185/60 R14 ou 185/55 R15 avec jantes alu

PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h): 209 / 205
400 m DA: 15"9 / 16"
1 000 m DA: 29"4 / 29"7
0 à 100 km/h: 8"3 / 8"5
0 à 200 km/h: ND

CONSOMMATION

Moyenne (L/100 Km): 8,4

 

La Clio 16s phase 2, ou Clio "16v".

En groupe A, Renault engage officiellement la Clio 16s dans le championnat de France en 1991 sous les couleurs DIAC.

Look sympa
Moteur rageur
Comportement efficace
PAS BIEN :-(
Beaucoup d'options sur premiers modèles

La Renault Clio 16S avait pour rôle d'assumer la descendance de feu la Super 5 GT Turbo dans la catégorie des petites GTI.
Pour continuer la lutte contre la Peugeot 205 GTi, certes en fin de carrière mais toujours performante, la nouvelle venue abandonnait son vieux moteur turbocompressé et s'armait d'une mécanique plus pointue à "16 soupapes" et d'un châssis ultra efficace,

Bien que précurseur en matière de petites sportives avec notamment les R8 Gordini et R12 Gordini, Renault peine à prendre réellement le leadership dans la catégorie des GTI avec la Renault 5 Alpine, puis Alpine Turbo.

A la fin des années 80, la Super 5 GT Turbo vieillissante ne peuvent résolument plus lutter contre une Golf 2 GTI 16s ou une Peugeot 309 GTI16 qui ont démocratisé le moteur multisoupapes dans la catégorie des "super GTI". Renault a toutefois le champ libre pour nous livrer une très sexy Clio 16S qui reprend la brillante mécanique de la R19 16s et devient ainsi la citadine sportive la plus redoutable du moment. Une fois n'est pas coutume, c'est dans sa version "coupe" que Renault dévoile la Clio 16 soupapes qui succède à la Renault 5 GT Turbo. La présentation dynamique a lieu en novembre 1990 à Nogaro, avec Jean Ragnotti au volant, sous des trombes d'eau ! Les pilotes étant servis, la voiture de série débarque l'année suivante dans les concessions, où elle est très attendue !
Parallèlement au lancement commercial, en mai 1991, Renault engage officiellement la Clio 16s en groupe A dans le championnat de France des rallyes, sous les couleurs DIAC. A la fin de la saison, Ragnotti termine deuxième au général derrière la Sierra Cosworth 4x4 de Béguin, une sacrée performance ! L'histoire de la Clio en rallye va se poursuivre ensuite avec la Williams et la Clio Maxi.
Même si la victoire du championnat ne sera jamais à la clé, Renault n'abandonnera jamais son engagement en Rallye.

PRESENTATION
Pour séduire une clientèle exigeante et surtout une clientèle plus large, Renault a conçu une petite sportive capable de jouer également dans la cour des citadines bourgeoises. Son nom : Clio 16S, comme "16 Soupapes".
Exit le turbo de feu la R5 GT Turbo, place au moteur atmosphérique multisoupapes.
Avec la Clio 16S, la Peugeot 205 GTI 1.9L, reine de la catégorie, trouve donc une nouvelle concurrente à qui parler.
La nouvelle petite de la régie a en effet de quoi séduire les amateurs de petites sportives virulentes avec 140ch DIN annoncés, mais elle est aussi capable d'aller conquérir une clientèle aimant également le confort grâce à une longue liste d'équipements disponibles... en option. Par rapport à la supercinq, les progrès en matière d'agrément sont en effet énormes. La Clio est moderne et offre un niveau de confort et d'équipement jusqu'ici inconnu dans la catégorie des GTI, plutôt spartiates, rustiques et dépouillées à l'extrême.
Pour séduire, la Clio 16s soigne également son look. Larges boucliers, capot bombé avec une grosse prise d'air sur le dessus, voies élargies, ailes gonflées, assiette rabaissée... pas de doute sur les prétentions sportives de l'engin. Petit détail technique, les ailes avant sont en matériau composite (Noryl GTX) plus fin (2 mm), plus léger (860 g contre 2 kg pour une aile en tôle emboutie) et souples !
Elles ont la particularité de pouvoir reprendre leur forme initiale sans casser après un choc inférieur à 15 km/h. Le résultat stylistique est de bon goût et vraiment séduisant puisque plus de 10 ans après, la Clio 16S garde un certain charme avec ses rondeurs caractéristiques. L'habitacle de la Clio 16s est accueillant et plutôt bien fini pour la catégorie.
La planche de bord élargie reçoit une instrumentation plus complète avec 3 manomètres supplémenatires.
Le maintien des sièges est bon, mais leur assise est trop haute.

MOTEUR

Le moteur est dérivé du bloc F7P 1.7L, déjà bien éprouvé chez Renault. Cette version passe à 1764 cm3 et développe, grâce à sa culasse 16 soupapes, 140 ch CEE puis 137 ch dans sa version catalysée à partir du millésime 1993.
Nettement plus à l'aise que sous le capot de la R19 16Soù il est apparu, ce multisoupapes assure des performances de premier ordre à la petite Renault.
Avec 100kg de moins que sa grande soeur tous pleins faits, la clio affiche une meilleure santé. Malgré 80 kg supplémentaires, les chiffres relevés par les différents essais réalisés à l'époque indiquent des chronos très proches de ceux de la Peugeot 205 GTI 1,9L, référence de la catégorie. Cependant, les reprises n'arrivent pas au niveau de la R5 GT Turbo ni de la 205 et c'est bien dommage. Une simple Clio RSI s'offre même de meilleurs chronos en 4/5ème. Le manque de punch relatif de ce moteur à bas régime va longtemps faire regretter le Turbo... et son fameux coup de pied au cul. Handicapée par ce creux dans sa courbe de couple entre 3500 et 4500 tr/mn, la Clio 16s se prête mieux à une conduite dans les tours.
N'hésitant pas à aller chercher sa puissance maxi autour de 6500 tr/mn, elle se prédispose à un usage effectivement sportif. Mais bon, la Clio 16S est aussi une petite voiture moderne et civilisée, tout à fait capable d'être conduite tranquillement au quotidien et surtout plus fiable et mieux finie que son ailleul... On regrette juste un niveau sonore élevé sur autoroute et assez vite fatiguant d'autant que la sonorité de ce quatre cylindres n'est pas particulièrement musicale.

SUR LA ROUTE
C'est le point fort de ce modèle. En effet, en matière de comportement routier et d'efficacité la Clio 16S devient rapidement la référence de la catégorie.
Ajoutant même à ses qualités de sportive, un confort de suspension appréciable au quotidien et relativement nouveau dans la catégorie des "GTI".
Son train avant remarquable en motricité, ce qui faisait gros défaut à la Super 5 GTT, est aussi un modèle de précision. Gràce à ses trains roulants revus (géométrie spécifique, suspension raffermie, ressorts, barres antiroulis), l'efficacité de la petite Renault est diabolique.
A tel point que l'arrière en vient souvent à "lever la patte". Le manque de couple à bas régime du moteur permet d'ailleurs d'attaquer plus nerveusement dans les virages et de passer plus rapidement qu'avec une 205. Partant en légère dérive à la moindre sollicitation, le train arrière est plutôt agile. Cela peut d'ailleurs inquiéter à très vive allure sur autoroute car la tenue de cap requiert une certaine attention. Sensible au vent latéral et vive sur les inégalité de revêtement la Clio 16s trahit ses réglages sportifs.
Bref, très plaisante à mener, efficace et sûre, la Clio met la barre trop haut pour ses rivales directes et restera la référence de la catégorie... jusqu'à l'arrivée d'une certaine Clio Williams.

Comme toutes les sportives de cette époque, la Clio 16S ne coupe pas à la réglementation européenne sur la dépollution des mécaniques essence. En juillet 1992, un catalyseur est donc monté en série sur la Clio 16S qui perd ainsi 3 ch dans la bataille pour ne revendiquer désormais que 137 ch. Bonne nouvelle cependant, Renault en profite pour améliorer l'ordinaire avec un équipement de série qui progresse : jantes alu de 15 pouces, lève-vitres électriques et centralisation sont enfin dans la dotation de série. Une option sellerie cuir est désormais disponible. En mars 1994, la gamme Clio s'offre un léger facelift et la 16s devient alors 16v comme sa grande soeur la R19 : grille de calandre, rétroviseurs plus grands et équipement enrichi (volant avec airbag et antidémarrage en option), nouvelles jantes alu (celles de la R19 16v).

Année: 1994
Carrosserie: 3 portes
Transmission: 5-Speed Manual
Moteur: 4 Cyl.
Cylindrée: 1.8
Energie: Essence
Kilométrage: 197 536
Couleur ext.: bleu
Type: VP

Besoin de plus d'informations sur ce véhicule ?
Contactez-nous au 04 74 201 201 / 06 31 12 38 71

Nos nouveautés

Retrouvez nos dernières voitures de prestige

Back to top